[Total : 5    Moyenne : 3/5]

La vitamine C, ou acide ascorbique, considéré comme un antioxydant luttant contre les radicaux libres, peut aussi être créateur de radicaux libres.

A en croire l’industrie des compléments alimentaires, les antioxydants seraient la panacée des temps modernes. Ces molécules miraculeuses fouilles dans nos corps à la recherche des radicaux libres ou des “espèces réactives à l’oxygène”, éléments chimiques dangereusement instables qui endommagent notre ADN et nos protéines.
Le stress oxydatif (un excès de ces espèces réactives à l’oxygène – ROS) est mis au banc des accusés en tant que responsable de nombreuses maladies, et peut-être même de la vieillesse. En effet, les nombreux bénéfices des fruits et des légumes sont attribués à cette capacité des antioxydants de nous protéger du stress oxydatif.
Il est donc pour le moins surprenant d’apprendre que la vitamine C, antioxydant bien connu, a un alter ego pro-oxydant, dont les artères peuvent bénéficier en augmentant la production d’espèces oxydatives. Conclusion à laquelle est arrivée une étude de l’Université de Cardiff, publiée dans le journal Cardiovascular Research.
La couche du muscle lisse, qui enveloppe nos artères, est souvent incapable de se relâcher chez les patients qui ont une tension élevée, trop de cholestérol, des diabètes et des maladies cardiovasculaires. Il en résulte que les vaisseaux restent hermétiquement rétrécis, augmentant la pression du coeur. Des injections de vitamine C peuvent aider les artères à se relâcher, un effet qui a été attribué à une production accrue d’oxyde nitrique, une molécule signal relaxant les vaisseaux.
Mais l’équipe de Cardiff, financée par la British Heart Foundation, a identifié un nouveau mécanisme surprenant qui fonctionne indépendamment de l’oxyde nitrique. La vitamine C réagit avec l’oxygène dissoute pour générer du peroxyde d’hydrogène, une espèce réactive à l’oxygène potentiellement nocive. Cependant, l’hydrogène peroxyde peut aussi agir en augmentant la force des signaux électriques des parois des vaisseaux sanguins, en disant au muscle environnant de se relâcher.
“Les espèces réactives à l’oxygène ont eu mauvaise presse, et il est vrai que si nous en avons trop dans nos cellules, elles peuvent faire beaucoup de dégâts” explique le Professeur Tudor Griffith, qui a dirigé la recherche. “Mais nous avons aussi découvert qu’elles peuvent avoir des fonctions physiologiques importantes chez les individus en bonne santé.”
Si vous pensiez augmenter la dose de vitamine C dans le but de protéger vos artères, vous devrez tenir compte des importantes études cliniques ayant montré que les suppléments de vitamine C sont totalement inefficaces pour ce qui est d’empêcher les maladies cardiovasculaires.
“Prendre de la vitamine C oralement ne peut probablement pas donner les concentrations élevées dans le sang nécessaires pour obtenir ces effets bénéfiques sur les artères, parce qu’elle est rapidement filtrée et rejetée par les reins” ajoute Griffith.


[Total : 14    Moyenne : 2.7/5]

Un pro-oxydant est une substance qui déclenche un stress oxydatif par l’augmentation des radicaux libres, des molécules réactives connues pour endommager les cellules.

L’oxydation se produit lorsque les molécules d’oxygène interagissent avec d’autres substances. Les molécules stabilise l’oxydation lorsqu’un certain nombre d’électrons sont appareillés. Au cours de l’oxydation, un électron se perd, rendant la molécule instable. Le stress oxydatif provoqué par les pro-oxydants est associé au vieillissement prématuré et au développement de maladie.

Les radicaux libres sont un sous-produit naturel de l’absorption d’énergie. Quand l’organisme transforme l’oxygène en énergie, les espèces réactives de l’oxygène sont produites . Ces molécules sont très réactives à cause du nombre impair d’électrons. La réactivité des radicaux libres peut produire des dommages importants aux acides aminés, à l’ADN et aux acides gras . Dans quelques cas , l’oxydation aide à détruire les toxines et à protéger l’organisme, mais l’excès d’oxydation provoque du stress .

Un certain nombre de substances pro-oxydantes endommagent ce qui sert à alimenter la fabrication des centres de cellules, connus comme les mitochondries . Ces cellules vitales sont des acteurs dynamiques et produisent l’énergie nécessaire pour son bon fonctionnement. Les dégâts faits aux mitochondries conduisent à une fatigue et une incapacité à produire suffisamment d’énergie pour les fonctions vitales, et l’action du stress oxydatif qui endommage mitochondries conduit à des maladies dégénératives et à un vieillissement accéléré .

Les Pro -oxydants créent un cycle vicieux d’instabilité parce que les espèces réactives de l’oxygène cherchent avidement à se jumeler. Pour compléter leurs paires, les radicaux libres volent des électrons à d’autres molécules . Une fois que la molécule perd un électron, la molécule devient instable, donc le cycle aussi, et la réaction se répète en recherchant et en arrachant des électrons encore une autre molécule. Le processus continue d’enlever des électrons ce qui crée un niveau accru d’instabilité cellulaire. Avec le temps, ce processus continu provoque des dommages au matériel génétique et à d’autres cellules importantes .

Les antioxydants sont des substances chimiques qui sont capables de ramener la stabilité en neutralisant les substances pro-oxydantes, en recherchant des molécules instables et en se jumelant avec eux pour les empêcher de voler des électrons et provoquer des dommages. Lorsque la quantité de substances antioxydantes égale ou dépasse la quantité de pro-oxydants, le corps peut prévenir les dégâts cellulaires et l’organisme peut maintenir le statut quo. Si les produits chimiques pro-oxydants augmentent bien au-delà du niveau d’antioxydants, le corps sera alors incapable de suivre et cela entraînera du stress oxydatif .

Une alimentation saine contribue à maintenir l’équilibre entre les antioxydants et les pro-oxydantes. Les fruits et légumes sont riches en substances antioxydantes qui aident à protéger l’organisme contre les dommages des radicaux libres. Le thé vert aussi contient un antioxydant appelé épigallocatéchine-3-gallate (EGCG), répendu pour réduire le stress oxydatif et empêcher la progression de maladies (telles que le cancer). L’ EGCG possède également une activité pro-oxydant positive en incitant la mort cellulaire dans les tumeurs.