[Total : 5    Moyenne : 3/5]

La vitamine C, ou acide ascorbique, considéré comme un antioxydant luttant contre les radicaux libres, peut aussi être créateur de radicaux libres.

A en croire l’industrie des compléments alimentaires, les antioxydants seraient la panacée des temps modernes. Ces molécules miraculeuses fouilles dans nos corps à la recherche des radicaux libres ou des “espèces réactives à l’oxygène”, éléments chimiques dangereusement instables qui endommagent notre ADN et nos protéines.
Le stress oxydatif (un excès de ces espèces réactives à l’oxygène – ROS) est mis au banc des accusés en tant que responsable de nombreuses maladies, et peut-être même de la vieillesse. En effet, les nombreux bénéfices des fruits et des légumes sont attribués à cette capacité des antioxydants de nous protéger du stress oxydatif.
Il est donc pour le moins surprenant d’apprendre que la vitamine C, antioxydant bien connu, a un alter ego pro-oxydant, dont les artères peuvent bénéficier en augmentant la production d’espèces oxydatives. Conclusion à laquelle est arrivée une étude de l’Université de Cardiff, publiée dans le journal Cardiovascular Research.
La couche du muscle lisse, qui enveloppe nos artères, est souvent incapable de se relâcher chez les patients qui ont une tension élevée, trop de cholestérol, des diabètes et des maladies cardiovasculaires. Il en résulte que les vaisseaux restent hermétiquement rétrécis, augmentant la pression du coeur. Des injections de vitamine C peuvent aider les artères à se relâcher, un effet qui a été attribué à une production accrue d’oxyde nitrique, une molécule signal relaxant les vaisseaux.
Mais l’équipe de Cardiff, financée par la British Heart Foundation, a identifié un nouveau mécanisme surprenant qui fonctionne indépendamment de l’oxyde nitrique. La vitamine C réagit avec l’oxygène dissoute pour générer du peroxyde d’hydrogène, une espèce réactive à l’oxygène potentiellement nocive. Cependant, l’hydrogène peroxyde peut aussi agir en augmentant la force des signaux électriques des parois des vaisseaux sanguins, en disant au muscle environnant de se relâcher.
“Les espèces réactives à l’oxygène ont eu mauvaise presse, et il est vrai que si nous en avons trop dans nos cellules, elles peuvent faire beaucoup de dégâts” explique le Professeur Tudor Griffith, qui a dirigé la recherche. “Mais nous avons aussi découvert qu’elles peuvent avoir des fonctions physiologiques importantes chez les individus en bonne santé.”
Si vous pensiez augmenter la dose de vitamine C dans le but de protéger vos artères, vous devrez tenir compte des importantes études cliniques ayant montré que les suppléments de vitamine C sont totalement inefficaces pour ce qui est d’empêcher les maladies cardiovasculaires.
“Prendre de la vitamine C oralement ne peut probablement pas donner les concentrations élevées dans le sang nécessaires pour obtenir ces effets bénéfiques sur les artères, parce qu’elle est rapidement filtrée et rejetée par les reins” ajoute Griffith.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*